Les maux de ventre chez les enfants sont fréquents, mais ils effraient les mères et les pères, car même si dans la plupart des cas ce n’est pas un problème grave, voir son propre enfant souffrant se pencher sur le ventre fait immédiatement craindre le pire. Que faire alors si vos enfants ont des maux d’estomac ? En attendant, observez attentivement le comportement de l’enfant, surtout si sa douleur est continue et telle qu’elle le fait pleurer, ou si au contraire quelques jeux suffisent à le distraire et à lui faire oublier le malaise. En fait, avant d’examiner les causes organiques possibles des douleurs abdominales et d’intervenir rapidement en conséquence, nous devons toujours tenir compte des implications psychologiques possibles.

Mal de ventre ou écolière ?

Il n’est pas rare, en effet, qu’un mal de ventre chez un enfant soit en fait un “mal d’école ou de jardin d’enfants”, ou que ce soit une façon pour l’enfant d’attirer l’attention des adultes. Dans de tels cas, cependant, vous ne devez pas reprocher à l’enfant de créer des soucis inutiles, mais plutôt essayer de sonder son malaise en lui parlant et en essayant de le calmer sans le blâmer. Parfois, les meilleurs remèdes pour le ventre des enfants sont les câlins. Mais voyons quelles autres causes peuvent déclencher des douleurs abdominales, et quand s’inquiéter.

Coliques gazeuses

Les maux de ventre des nouveau-nés sont généralement dus à des coliques gazeuses après l’allaitement, au biberon et au sein. Lorsque le bébé “suce” trop voracement, il avale, avec du lait, de grandes quantités d’ariache qui lui remplissent l’estomac. Cet air forme des bulles en se pressant contre les organes internes tendres du bébé, lui causant beaucoup de souffrance, qui explose en larmes inconsolables. Pour aider le bébé à surmonter les coliques (qui ont toutefois tendance à se résorber naturellement après la première année de vie ou un peu plus tard), la mère peut essayer d’interrompre régulièrement les tétées, afin que le bébé n’ait pas faim pour un repas, et l’allaiter en le maintenant bien élevé. Pour les bébés qui prennent du lait en poudre, il est préférable de choisir un biberon avec une tétine anticolique. Les massages du ventre peuvent également soulager les douleurs abdominales. Lorsqu’un nouveau-né souffrant de maux de ventre touche l’ombilic et que celui-ci semble gonflé, il peut s’agir d’une petite hernie ombilicale, un problème qui, dans la plupart des cas, se résout spontanément.

Les allergies alimentaires

Les allergies alimentaires sont une cause assez fréquente de maux de ventre chez les enfants, surtout associées à la diarrhée. Celles-ci peuvent survenir très tôt, comme les allergies au lait (à la fois aux protéines du lait de vache et au lactose), à certains aliments hautement allégoriques comme les fruits secs ou les œufs, et enfin être un symptôme de la maladie cœliaque (intolérance au gluten, une protéine présente dans de nombreuses céréales). Dans tous ces cas, en plus des douleurs et des crampes abdominales associées à des épisodes de diarrhée, l’enfant présente d’autres symptômes tels qu’un retard de croissance, des problèmes de peau comme des formes de dermatite de l’eczéma, de l’irritabilité. Dans tous les cas, la meilleure chose que les parents puissent faire est d’énumérer les plaintes de l’enfant au pédiatre, qui proposera les examens spécialisés à effectuer pour découvrir toute allergie ou intolérance.

Virus et vers

Les enfants sont souvent soumis à des attaques d’agents pathogènes et de virus. En cas de grippe intestinale, en effet, les symptômes sont classiques : diarrhées, vomissements et crampes abdominales. Un autre problème classique des enfants, qui se manifeste par des maux de ventre, est celui des vers, surtout des os. Dans ces cas, les remèdes doivent toujours être convenus avec le médecin, mieux vaut éviter le bricolage. Les médicaments en cas de mal de ventre des enfants porteurs de virus ne comprennent pas d’antibiotiques, ce qui pourrait aggraver son état. Une gastro-entérite guérit généralement au bout de quelques jours, l’enfant devra être suffisamment hydraté pour compenser la perte de liquide, et devra se reposer. Les remèdes naturels peuvent également soulager le mal de ventre saisonnier d’un bébé, comme une jolie poche d’eau chaude qui détend les muscles abdominaux tendus.

Appendicite

On termine par une cause très redoutée de mal de ventre : l’appendicite, une inflammation (aiguë) de la partie petite et extrême de l’intestin aveugle. Les symptômes de ce mal de ventre chez l’enfant, qui peut survenir plus facilement le soir, sont les suivants : douleur abdominale typique, partant de la zone ombilicale et se déplaçant ensuite vers le quadrant inférieur droit du ventre. Cette douleur augmente au fil des heures et devient plus aiguë avec le mouvement et la palpation. La fièvre : entre 37 et 38 degrés, est un symptôme toujours présent dans les cas d’appendicite, elle peut donc être un facteur important à contrôler immédiatement. Absence d’appétit et vomissements : également dans ce cas, un symptôme typique. Si vous observez une telle image, appelez immédiatement votre médecin car la rapidité de l’intervention est très importante. Contrairement au passé, aujourd’hui, même après une hospitalisation, il est préférable de traiter l’appendicite avec des antibiotiques plutôt qu’avec une ablation chirurgicale de la partie enflammée.

Le traitement du mal de ventre chez l’enfant

Si les maux de ventre sont aigus, plusieurs conseils peuvent être appliqués :

  • ne pas donner à manger à l’enfant pendant plusieurs heures et lui faire boire des boissons chaudes (sauf en cas d’appendicite),
  • poser une bouillotte tiède sur le ventre,
  • donner du paracétamol.

Si la douleur est chronique, sur prescription médicale, l’enfant peut prendre un médicament antispasmodique (contre les contractions douloureuses de l’intestin), un pansement intestinal ou du charbon activé (contre les gaz intestinaux).

Reconnaître une appendicite

Le diagnostic est difficile à poser mais si l’enfant ressent une douleur de plus en plus forte, et localisée en bas à droite du ventre, s’il devient pâle, a des nausées et des vomissements et s’il a souvent envie d’uriner, il peut s’agir d’une appendicite. Dans ce cas, il faut consulter en urgence et éviter de donner à boire ou à manger à l’enfant au cas où une intervention chirurgicale serait nécessaire.

Dans tous les cas, il faut consulter un médecin, si les douleurs abdominales durent longtemps sans s’arrêter (plus de 1 heure de suite par exemple), l’enfant a de la fièvre, des vomissements et de la diarrhée sont accompagnés, l’enfant se déshydrate, ressent des douleurs en urinant. Si nécessaire, le médecin peut demander des examens complémentaires : analyse de sang et d’urine, radiographie ou échographie de l’abdomen, endoscopie intestinale.

Une consultation en urgence est à demander quand l’enfant :

  • a plus de 40 °C de fièvre,
  • du sang ou du pus dans ses selles ou ses vomissures,
  • a des vomissures verdâtres,
  • montre des signes de gonflement ou d’enflure à l’abdomen,
  • cambre son dos à répétition ou replie sans cesse ses genoux sur sa poitrine,
  • ressent une douleur intense (type “coup de poignard”),
  • est anormalement somnolent, apathique ou faible.