L’alimentation pour bébés est très importante, car elle prévient les carences en protéines et en nutriments et favorise le bon développement de votre bébé. L’alimentation complémentaire est introduite dès l’âge de 6 mois et vous devez toujours suivre les directives stipulées par votre pédiatre afin que votre bébé reçoive une alimentation correcte.

L’alimentation des bébés est un sujet qui soulève de nombreuses questions, notamment pour les nouveaux parents. Dans de nombreux cas, ils craignent de ne pas savoir quand il est nécessaire de commencer à offrir à leur bébé un autre type d’aliment que le lait, maternel ou en poudre, et ils ne savent pas non plus très bien quels sont les aliments les plus appropriés pour commencer l’alimentation complémentaire. L’alimentation infantile est très importante pour les bébés car elle favorise leur bon développement, quand le moment arrive le pédiatre vous facilitera les indications opportunes.

Quand introduire de l’alimentation complémentaire ?

L’alimentation complémentaire commence à être introduite à partir des 6 mois, jusqu’à ce moment l’Organisation Mondiale de la Santé, OMS, recommande exclusivement la lactation maternelle. La composition du lait maternel pendant les 6 premiers mois de la vie offre une série d’avantages sur le plan nutritionnel et immunologique et s’adapte aux limitations physiologiques du tube digestif, du métabolisme intermédiaire et de la fonction rénale du bébé. Sa fonction digestive est suffisamment mature pour digérer la plupart des amidons, des protéines et des graisses. En outre, il a progressé dans son développement psychomoteur, de sorte que : le bébé commence à prendre des mouvements de mastication ; la plupart des bébés ont assez de souplesse linguale pour avaler des aliments plus épais, en plus d’attraper et de manipuler une cuillère pour manger.

Importance nutritionnelle des aliments pour bébés

Jusqu’à six mois, le lait maternel fournit tous les nutriments nécessaires et c’est à partir de ce moment que d’autres aliments doivent être introduits. La nourriture pour bébé est importante pour votre bébé car ils préviennent les carences en énergie, en protéines et en nutriments, si nécessaires à leur croissance. Ils stimulent le goût des différents goûts et textures. Ils aident le bébé à acquérir des habitudes alimentaires qui influenceront son comportement alimentaire futur et l’aideront à être plus indépendant en matière d’alimentation.

Apport nutritionnel des aliments

Votre pédiatre vous dira quand vous pourrez commencer à introduire des céréales, des fruits, des légumes, de la viande et du poisson. Les avantages nutritionnels des différents groupes d’aliments : ils fournissent de l’énergie sous forme de glucides, de protéines faibles, de sels minéraux, de vitamines et d’acides gras essentiels. C’est le premier aliment qui peut compléter l’allaitement maternel, sa teneur en sucres, en fibres végétales, en vitamines et autres antioxydants est une grande source d’énergie. Ils sont introduits selon les directives du pédiatre, qui le fait généralement petit à petit pour vérifier leur tolérance, entre 4 et 6 mois. Ils sont une source de fibres, de vitamines et de minéraux. Ils sont généralement introduits, préparés en purée et en évitant le chou, la betterave ou les épinards, en suivant toujours les conseils du pédiatre.

Les lignes directrices pour leur introduction sont généralement d’abord le poulet accompagné de légumes, puis l’agneau et le bœuf. Ils sont une source de protéines de haute valeur biologique, d’oméga 3, de fer, de zinc et d’iode. Ces aliments prennent plus de temps à introduire dans le régime du bébé, généralement à partir de 8 mois, mais ils sont une excellente source de protéines.

Cet aliment ne doit pas être donné avant 10 mois, et vous devez bien suivre les instructions de votre pédiatre, car vous donnez d’abord le jaune puis le blanc d’œuf, en suivant les directives qui sont indiquées concernant les quantités et vous pouvez les offrir à votre bébé au cours du dernier trimestre. Ils sont riches en fer, vitamines, minéraux, protéines et fibres. Il est très important que votre bébé soit nourri correctement à tout moment pour sa bonne croissance, et vous devez toujours suivre les directives de votre pédiatre. Lorsque vous commencez à préparer des aliments pour bébés, la cuisson à la vapeur apporte de nombreux avantages à votre bébé, car les vitamines et les nutriments sont mieux conservés.

En outre, vous pouvez conserver les aliments pour bébés faits maison dans des thermos qui gardent les aliments froids ou chauds pendant plus de 12 heures. Ces thermoses sont fabriquées sans bisphénol A, elles sont 100% sans BPA, ce qui vous donnera une grande tranquillité d’esprit car elles ne comportent aucun danger pour la santé de votre bébé. Ces produits d’alimentation pour bébés peuvent être utilisés de la première bouillie jusqu’aux étapes les plus solides de l’alimentation et vous permettent de nourrir votre bébé n’importe où, n’importe quand. Toujours à la recherche de produits sûrs pour votre bébé afin de faciliter la tâche des parents.

Viscosité des bouillies et rôle de l’amylase sur l’amidon

Les aliments pour les nourrissons et les jeunes enfants doivent être faciles à avaler (liquides), faciles à digérer, nourrissants pour un faible volume (haute valeur énergétique). Avant de voir pratiquement comment réunir toutes ces qualités, intéressons-nous à l’art de préparer une bouillie et à ce qui se passe lors de la digestion.

1. Que se passe-t-il quand on fait une bouillie ?

Vous avez observé que cela ne se passe pas comme lorsqu’on met du sucre dans l’eau. Le sucre, qui est un solide se dissout dans l’eau et on peut en mettre beaucoup sans que le mélange eau-sucre ne perde son caractère liquide. Un sirop contient environ 80 g de sucre (16 morceaux de 5 g) dans 100 ml d’eau.

Pour la farine, il en est tout autrement. Un peu de farine dans beaucoup d’eau ne donne pas, après cuisson, un liquide. On obtient un aliment plus ou moins épais selon la quantité et le type de farine. Ce caractère épais de la bouillie peut donner l’illusion d’avoir un aliment nourrissant. Mais le bébé ne va pas se nourrir avec des illusions

2. Rôle de l’amidon

Reprenons notre marmite et faisons de la bouillie comme chacun sait la faire :

  • On dilue un peu de farine dans un peu d’eau.
  • On met de l’eau à chauffer.
  • On verse la farine diluée dans l’eau qui bout. Cela reste liquide quelques instants, puis cela épaissit et devient de la bouillie.
  • On laisse cuire la bouillie quelques minutes en mélangeant, puis on la laisse refroidir avant de la donner à manger. La bouillie devient un peu plus épaisse en refroidissant. Si on a mis beaucoup de farine, la bouillie devient très épaisse, trop épaisse pour qu’un bébé puisse la manger.

Que se passe-t-il ? Le composant principal des farines de céréales est un glucide appelé amidon. L’amidon est comme une chaîne dont les maillons seraient du sucre (glucose). L’amidon n’est pas du tout soluble dans l’eau. Au cours de la cuisson, cette chaîne d’amidon se gorge d’eau comme une éponge. Lorsqu’on fait une bouillie, on met d’abord les grains de farine en suspension dans l’eau froide, le mélange reste liquide. Lors de la cuisson, l’amidon se gonfle d’eau (c’est l’empesage), le mélange devient épais. Lors du refroidissement, les chaînes d’amidon se bloquent les unes par rapport aux autres (c’est la gélification), la bouillie devient encore plus épaisse.

3. La viscosité des bouillies

L’épaisseur (ou consistance) d’une bouillie se mesure ; on parle de viscosité. Plus la bouillie est épaisse, plus sa viscosité augmente. Bouillie aqueuse, bouillie liquide, bouillie fluide (ou légère ou semi-liquide), bouillie onctueuse (ou crémeuse ou liée), bouillie épaisse (ou purée légère), bouillie moulée (ou purée), bouillie solide (pâte) pourraient exprimer l’échelle croissante de viscosité des bouillies. La bouillie onctueuse devra être donnée au nourrisson à la cuillère pour qu’il la “mange”. Mais il pourra “boire” au bol une bouillie liquide.

Il faut très peu d’amidon pour épaissir une bouillie. Il suffit de 5 grammes de farine de maïs dans 100 ml d’eau pour donner une bouillie fluide dont la consistance convienne à l’enfant. Mais il faudrait théoriquement mettre 30 grammes de cette farine pour que la valeur énergétique de la bouillie ainsi préparée convienne aux besoins en énergie de l’enfant. On obtiendrait alors une pâte tellement épaisse que l’enfant n’en voudrait pas. Il n’est pas encore capable de manger les aliments solides. Par contre, les adultes sont capables de manger des pâtes de céréales, du pain, du riz grâce aux mécanismes de la digestion.