Le jeu est un élément fondamental pour la croissance de l’enfant, mais comme pour toutes les étapes, il suit un processus naturel ! L’enfant développe des compétences par le jeu, dans un ordre plus ou moins commun chez les enfants. Il est important que les parents fournissent à l’enfant les bons outils pour exprimer son potentiel en fonction de son âge et qu’ils accordent la bonne attention au jeu, mais après tout, il suffit d’attendre qu’il découvre par lui-même le monde qui l’entoure.

Lorsque nous laissons l’enfant jouer tout seul, il est important de ne mettre entre ses mains que des jouets sûrs qui ont passé tous les tests de sécurité, en s’appuyant sur des marques connues et des détaillants de confiance. Il n’est pas nécessaire de remplir l’enfant avec des jouets, qui s’ils sont trop nombreux deviennent une distraction plutôt qu’un stimulus, juste quelques-uns, mais de bons jouets bien conçus pour leur âge.

Aujourd’hui, il n’y a pas une seule façon d’être une “bonne maman” ou un “bon papa” et il existe de nombreuses approches pédagogiques qui peuvent être bénéfiques. Cependant, il est important que derrière chaque décision éducative, il y ait une réflexion pensée et partagée entre les parents et qu’elle puisse être adaptée aux besoins de l’enfant spécifique et de la famille individuelle.

Pas de conscience claire du danger

Durant ses premières années, votre enfant ne sait pas ce qu’est le danger. Il commence peu à peu à en prendre conscience à partir de 5 ou 6 ans mais il ne perçoit pas les conséquences de ses actes, dangereux ou non. Or, ceux-ci peuvent parfois être graves, irréversibles: possibilité d’être accidenté, blessé plus ou moins grièvement, même handicapé. Certains jeux pratiqués par des enfants peuvent même se révéler mortels. On évoque souvent le jeu du foulard, également appelé rêve indien, jeu des poumons, du cosmos. Ces appellations évoquent des jeux de strangulation qui permettent de ressentir des vertiges grisants quelques secondes. Des jeux d’intimidation et d’humiliation sont également fréquents, regroupant plusieurs enfants contre un des leurs. Comment repérer les signes qui alertent et comment déclencher une prise de conscience chez vos enfants ?

Prévenir les jeux dangereux

Les enfants sont vulnérables et très sensibles au regard des autres, à un moment de leur vie où leur personnalité se construit. Les pratiques répétées de ces jeux peuvent conduire à une addiction, nécessitant une prise en charge sérieuse et globale de l’enfant. Pas de panique cependant, ces extrêmes sont rares, vous pouvez détecter des comportements dangereux chez votre enfant sans en arriver là. Afin d’éviter que votre enfant ne s’adonne à ces jeux dangereux, en groupe ou encore seul (ce qui représente le plus grand danger), prenez le temps avec lui d’échanger, de réfléchir sur le respect de son propre corps. On ne joue pas avec son corps, il est vital. Expliquez-lui que la respiration permet d’assurer un besoin vital d’oxygène à son corps, parlez-lui du fonctionnement interne du corps, de la circulation sanguine, de façon simple et adaptée à sa compréhension. Il est important également de lui faire comprendre que l’on ne permet pas aux autres de toucher à son corps et d’attenter à sa vie. Sur ce sujet, pas de limites à fixer, apprenez-lui à dire tout simplement non. Les risques de séquelles, de handicaps sont trop importants, votre enfant peut le comprendre, mais il faut le lui dire et ne pas hésiter à en parler aussi avec l’enseignant et les autres parents de l’école.

Appartenir à un groupe social

Les profils des enfants qui se mettent en danger sont souvent semblables, très curieux, imaginatifs, brillants, musiciens, souvent plus actifs que la moyenne. Ils pratiquent généralement des jeux dangereux en groupe, les mises en danger solitaires sont beaucoup plus rares. En effet, jouer à des jeux dangereux permet souvent d’appartenir à un groupe social. Faire comme les copains, se sentir capable de se mesurer aux défis en tous genres à travers le fameux cap ou pas cap, ressentir des sensations fortes, exercer son esprit de compétition, vivre des moments hors du commun entraînent certains enfants à dépasser leurs limites et expliquent ces conduites à risque, dès le plus jeune âge. La recherche de risques fait partie du développement du pré-ado car il se sent invulnérable et sûr de lui. Or les enfants sont en recherche, très dépendants du regard des autres. Si vous observez une grande appréhension à aller à l’école, des maux de tête, de l’irritabilité chez votre enfant, mais aussi des vêtements déchirés, des traces de coups, n’attendez pas pour évoquer le problème avec lui.